STATION D’éPURATION DE HONFLEUR

Mise en place de Jardins Filtrants® dans la station d’épuration de Honfleur.

mission Traitement de finition des eaux usées, des boues ainsi que de l’air et aménagement de l'entrée de ville.
maitre d'ouvrage SIVOM de Honfleur (Honfleur, Equemauville, Gonneville-sur-Honfleur, La Rivière St Sauveur)
maitre d'oeuvre Phytorestore
collaboration Sogeti - Groupe 3
localisation Honfleur, France
surface 5 000 m²
calendrier Terminé

Aménagement de l’entrée de ville

Le site combine une station d’épuration classique et des Jardins Filtrants® dont les impacts paysagers et écologiques contribuent fortement à la valorisation du site.

La station du SIVOM de Honfleur traite des effluents composés de rejets domestiques et d’eaux résiduaires artisanales par trois Jardins Filtrants® traitants respectivement l’eau, les boues et l’air, complétant l’action d’un traitement biologique classique.

Un parcours de découverte, accessible aux handicapés, est mis en place ainsi qu’une terrasse panoramique et des salles d’exposition pour sensibiliser les enfants et les adultes aux problèmes environnementaux et au fonctionnement de la station d’épuration.

Vue aérienne de la station d’épuration d’Honfleur

Traitement de finition des eaux usées

En sortie du traitement biologique, les eaux sont acheminées vers les Jardins Filtrants® qui complètent l’épuration des eaux issues de la station avant rejet dans le milieu naturel notamment en terme de :

  • Nutriments : abattement de 70 à 95%.
  • Charges organiques : abattement de 80 à 95%.
  • Germes : abattement de 1 UL à chaque changement de milieu.

Le Jardin Filtrant® Eaux, de 11 000 m², se compose de 2 parties :

  • 16 chenaux plantés (8 400 plantes).
  • 1 taillis courte rotation.

Les Taillis Courte Rotation, plantés d’arbustes de milieux humides permettent des abattements significatifs :

  • Du phosphore de 50 à 80%.
  • Des germes : 4 à 6 UL en été et 2 à 4 UL en hiver.
  • Le « zéro-rejet » en été.


Traitement des boues

Les Jardins Filtrants®, composés de 3 casiers plantés, traitent 50 000 m³ de boues par an sur une surface de 8 200 m², de la manière suivante : 

  • La filtration des polluants grâce aux dégradations bactériennes et enzymatiques.
  • La réduction des volumes (jusqu’à 98% pour des boues classiques de stations).
  • La réduction de la masse (jusqu’à 28 %).
  • La filtration des différents polluants (en moyenne jusqu’à 95 % des charges et abattement de 4 log en bactériologie).

Le site a été dimensionné pour stocker l’intégralité de l’humus pendant 10 ans (700 m³ d’humus sont produits par an). Le terreau produit grâce aux roseaux est naturellement débarrassé des germes pathogènes. Riche en organismes bénéfiques pour le sol, il est utilisé comme amendement dans les espaces verts des communes du canton.

Pendant la période d’alimentation de ces roselières, ni le faucardage des roseaux, ni l’évacuation des boues ne s’avèrent nécessaire, il suffit de laisser la nature agir. Les boues ne sont plus des déchets à éliminer mais une ressource naturelle à valoriser.


Traitement de l'air

Un filtre végétalisé traite les mauvaises odeurs qui se dégagent à l’arrivée des effluents bruts. Ce filtre permet de traiter en permanence les 5 000 m³/h d’air vicié.

Les polluants traversent le filtre de tourbe granulaire planté. Associée à l’action des micro-organismes et des racines des plantes, la tourbe biodégrade la pollution.

L’objectif de la serre est de respecter un niveau de gaz odorants acceptable pour le personnel travaillant à la station et de rejeter à l’extérieur des bâtiments un air possédant une teneur en gaz quasi nulle pour l’environnement, avec un objectif zéro odeur et zéro gaz à effet de serre.

Jardin Filtrant® Air Vue extérieure de la serre
Jardin Filtrant® Air Désodorisation par lit de tourbe planté Jardin Filtrant® Air Désodorisation par lit de tourbe planté