Réinventer LA SEINE « Manufacture sur Seine »

Site usine des eaux d’Ivry-sur-Seine 

mission Maîtrise d’œuvre paysage et design écologique des anciens bassins.
maitre d'ouvrage Mairie de Paris - Quartus, promoteur - CPA-CPS, promoteur - Habitat & Humanisme, bailleur social
maitre d'oeuvre Phytorestore
collaboration Wang Shu, architecte - Lipsky&Rollet, architectes - Joly&Loiret, architectes - Topager, agriculture urbaine en toiture
localisation Ivry-sur-Seine , France
surface 8 000 m²
calendrier Concours

Projet lauréat du concours « Réinventer la Seine »

Projet de l'enclave au quartier de la confluence

En créant des liens entre le futur quartier et la Seine via la trame industrielle des anciens bassins, les jardins du village lacustre permettent d’instaurer une meilleure relation entre l’Homme et la Nature. Ils transforment la trame industrielle abandonnée en une nouvelle trame écologique et entrent en relation avec les cycles de vie du quartier.

Plusieurs thématiques ont été intégrées au projet : 

La biodiversité

  • Accueil des mouvements de crues du fleuve et de la biodiversité de la vallée de la Seine.
  • Diffusion de cette biodiversité dans le quartier par le traitement végétal des bassins.

Le cycle de l’eau

  • Dépollution des eaux et fourniture d’une eau avec qualité validée par l’ARS pour l’agriculture urbaine.

Le cycle de la matière végétale et de l'alimentation

  • Fourniture de déchets verts pour l’alimentation du compost urbain ;
  • Création de « jardins résidentiels comestibles » par l’utilisation de plantes aquatiques comestibles.

Le bien-être

  • La création de lieux de repos résidentiels en pieds d’immeuble pour le bien-être des habitants et visiteurs et d’un "paysage traversant" à l’échelle des anciens bassins.

La trame industrielle, support d’une nouvelle trame écologique

Les anciens bassins laissent sur le site une empreinte industrielle très forte. Leur lien avec le fleuve a été rompu. Les continuités écologiques sont notamment coupées par une route et des surfaces minérales.

Cette trame industrielle et historique sera conservée en partie mais deviendra le socle d’une nouvelle trame écologique, liant notamment le fleuve et sa ripisylve aux espaces jardiniers urbains et à l’agriculture sur les toits.

Les bassins seront ainsi un lieu d’interpénétration des milieux ainsi que des formes du fleuve et des jardins urbains, permettant d’accueillir la biodiversité du fleuve et de créer des liaisons écologiques avec la ville.

Ils permettent aussi d’accueillir les fluctuations du fleuve prévues dans le cadre du PPRI (Plan de Prévention du Risque Innovation), notamment en proposant les espaces tampons nécessaires à ses crues.

Les bassins, une berge liant le fleuve à la Montagne via quatre écosystèmes liées à la gestion de l’eau.

Les bassins ont ainsi le rôle écologique d’une berge recréant les différents milieux depuis « le Fleuve » la Seine jusqu’à « La Montagne » sur le bâtiment, en reliant ces deux grands ensembles écologiques symboliques.

Le quartier s’ouvre sur le fleuve pour accueillir ses fluctuations et favoriser des échanges de biodiversité entre la Seine, le cœur du quartier et les jardins sur toiture ou ceux du contexte urbain avoisinant.

Les îlots sont séparés en quatre écosystèmes liés à la gestion de l’eau proposant une évolution des formes et de la palette végétale :

  • écosystème ripicole;
  • écosystème hélophyte;
  • écosystème mésophile;
  • écosystème de ripisylve.